dimanche 14 septembre 2014

La tour du marboré - Izarren Hautsa

Faute de créneau congés/famille/ partenaire disponible pour aller aux Jorasses, je suis retourné à La Tour ce week end pour grimper "Izarren Hautsa", voie d'Ekaitz maiz et Asier Lukek. Jean Mi faisait le forcing auprès de tous ses copains depuis 2 ans pour faire cette voie : il a finalement réussi à me convaincre.

Malgré les cotations pas annoncés extrêmes, on faisait pas les fiérots au pied de la voie, d'autant plus que Jean Mi avait vu, un jour où il était à la tour, une cordée de la Guardia Civil en grande difficulté lors d'une répétition avortée de la voie. Pour ma part, j'avoue avoir été intéressé en partie pour voir comment pouvait être ouverte une voie de ce type par un grimpeur de 9a : Eh bien, ça grimpe!
Toutes les longueurs présentent un passage engagé ou expo (L4 étant le summum : on ne sait toujours pas si on est passé au même endroit que les ouvreurs. Heureusement pour moi, la majorité des passages expos sont tombés sur Jean Mi...). L'équipement est minimal (voire moins). On a parfois eu l'impression de se retrouver un peu comme dans une ouverture sauf qu'on n'avait ni pitons ni perfo, ce qui change bien la donne...

La voie par contre est superbe à partir de L3 (L3 et L5 sont les plus jolies mais L4 et L6 présentent aussi de beaux passages). Le rocher est parfois exceptionnel mais, comme toujours à la tour, présente aussi de temps en temps des zones un peu pourries. Autant on était rentré un tout petit peu déçus par la voie wookpecker's, autant celle-ci mérite les 4 étoiles indiquées sur le topo de la vallée.

A faire absolument, à condition d'avoir un bonne marge dans le niveau (sous peine de gros vols et, éventuellement, de se retrouver avec les chevilles au niveau des tibias...).



Un départ en 6a, qui fait pas rire, assez teigneux et en mauvais rocher

L3, magnifique

L4, bien engagée

Jean Mi en finit avec L5,superbe également

Le départ de L6, fait pas trop rire non plus

lundi 8 septembre 2014

La tour - woodpecker's

Ce week end, devant le temps un peu incertain, on est parti à la tour du marboré grimper woodpecker's, escalade typée old school, dans une zone qui était sèche.

Les 4 premières longueurs de la voie sont superbes, notamment L2 et L3 (qui est vraiment majeure) mais la fin de la voie gâche un peu l'ensemble avec un pas très bloc et très obligatoire dans L5 et un équipement assez bizarre sur le haut et pas moins de 20m d'Ao dans L6...



La face nord de la tour est sèche au niveau de woodpecker's

L1, ça grimpe d'entrée...

L2, un 7a+ magnifique mais très dur. Jean Mi l'enchainera en second, bravo à lui (c'était loin d'être mon cas)

L3, un 7a absolument majeur!

L4, c'est encore beau mais ça commence à se gater sur le haut

la dernière petite longueur en 6a

Les nuages commencent à accrocher le marboré

mercredi 3 septembre 2014

Foratata -Rallyman et les maudits d'ordesa

Pour la reprise des hostilités ce week end, l'idée avec Jean Mi était de finir en passant la petite ouverture commencée cet été à la foratata avant d'aller grimper une voie un peu technique à Ordesa. Oui, mais cela c'était sans compter sans notre coté super-organisateur qui ne nous mets jamais à l'abri des surprises. Cette fois, la boulette était pour Jean Mi (ça sera probablement moi le prochain coup). Après être parti bien tard, il se rendra en effet compte au pied de la voie qu'il a pris 2 chaussons gauche (et bien sûr pas de chaussons de rechange à la voiture). Il finira quand même l'ouverture avec ses 2 pieds gauches, enchainant même en tête la longueur en 6c+, mais cela nous contraindra à rentrer dans la vallée des gaves sous la pluie en quittant à regret le soleil espagnol.

Le lendemain évidemment, on se prendra un but humidité coté nord (Jean mi n'avait pas le courage de reprendre la voiture jusqu'en Espagne) et on finira piteusement la journée en couennes, à mon grand désespoir. Décidément cette année, les éléments sont contre moi chaque fois que je veux aller à Ordesa.

La voie ouverte quant à elle, s'avèrera assez jolie (beaucoup plus que ne le laissent supposer les photos) bien qu'un peu courte car on a bien réussi à éviter les zones herbeuses (sauf 5m dans L2) dans un bouclier de dalles. A combiner avec une des autres voies du secteur pour rentabiliser l'approche.

Le nom de la voie provient du pilote avec bonnet vissé sur sa tête (c'est vrai qu'il faisait froid...), qu'on a vu à l'arrêt au bord de la route dans une 4L entièrement décorée aux couleurs de l'ikurrina et qui nous a redoublé à mach 2 quelques minutes plus tard, manquant de peu de se mettre au tas sur le virage mouillé suivant. Il a récidivé quelques minutes plus tard sur la voiture qui nous précédait (pour les connaisseurs au niveau des lacets ou les arbres sont taillés au carré dans la montée de la vallée d'ossau) dans une manœuvre folle en tentant de doubler dans un virage par l'extérieur (je n'avais encore jamais vu une telle tentative). Comme évidemment il n'a pas réussi, il a joué son va-tout (et peut être aussi un peu celui de la voiture qu'il était en train de doubler) en restant sur la file de gauche et en faisant l'intérieur, sans absolument aucune visibilité, au virage suivant.
Magnifique (de connerie)!!! J'ai trouvé mon maître en matière de pilotage (c'est mon nouveau gourou!). Ce qui est sûr en tout cas, c'est que je pourrai plus jamais passer dans ces virages sans penser à lui.

Le rallye des cimes approchant à grands pas, je lance donc un appel à témoins via internet. Je souhaiterai en effet absolument retrouver cette personne pour lui lancer des défis encore plus insensés qu'il relèvera j'en suis sûr. Donc, si vous voyez une 4L décorée aux couleurs du pays basque, contactez-moi : j'ai plein d'idées débiles à lui proposer sur les routes de soule...

Les 2 chaussons gauches qui nous ont bien pourri le week end

Le topo de la petite voie qu'on a ouverte

L1

L2 : quelques mètres au dessus de Jean Mi, les seuls 5m de la voie où on touche un peu l'herbe

L3

Une belle écaille à remonter

dimanche 10 août 2014

jeudi 7 août 2014

Ordesa - Racs

Les périodes de beau temps de cet été n'ayant pas souvent coïncidé avec mes disponibilités, il aura fallu que j'attende la mi-août pour ma première sortie à Ordesa. Nous sommes partis pour ce premier voyage avec Jean Mi grimper la classique de difficulté Racs qu'aucun de nous 2 n'avait encore gravie.

Autant j'ai pu par le passé parfois être un tout petit peu déçu à la fin de certaines classiques, autant là j'ai trouvé la voie vraiment majeure. Rien à jeter. On regrette juste à la sortie que la voie ne fasse pas 2 ou 3 longueurs de plus pour faire durer encore un peu le plaisir...

Une voie qui me semble être dans les toutes plus belles que j'ai pu grimper dans les pyrénées. Un seul mot : magnifique!

Mes photos étant, comme d'habitude en partie floues, j'en ai emprunté quelques unes à Jean Mi.

Le tirage au sort a donné son verdict : C'est moi qui attaque. Jean Mi est ici en fin de L1 (Remarquez ma gestion parfaite de la corde de hissage...)

Début de L2 pour une longueur superbe

L3, un 6c+ assez soutenu

Il y a du gaz, place de Tolède

Dans les longueurs en 6 de sortie


Et qui se cogne le sac dans le 4 de sortie?

dimanche 3 août 2014

Anso/Esminu-Cienfuens/Sueno vertical

Cette semaine, nous sommes partis avec Mertxe et Robert grimper la très classique Esminu à Anso : pas grand chose à rajouter par rapport à ce qui est dit dans les autres blogs.

Aujourd'hui, le temps étant incertain dans les pyrénées, nous sommes allés avec Louis grimper une voie récente, trouvée sur internet, à Cienfuens : sueno vertical. Autant le dire de suite, le jeu de friends indiqué dans le topo est totalement inutile (le notre a juste pris l'air). Les ouvreurs ont réalisé la première voie entièrement équipée (du haut) sur cette falaise, une des rares avec Monrebei et la zone de la Montanesa dédiée au terrain d'aventure (hors montagne). Certains vont s'en réjouir, d'autres vont s'en attrister mais il fallait s'y attendre : c'est dans l'air du temps.

L'équipement très abondant (19 dégaines pour 35m maximum : distance entre les points entre 3m maximum et moins d'1m minimum)rendant la voie assez aseptisée, allié à quelques belles longueurs (L2 et L6 notamment) vont à coup sur faire de cette voie la future classique de la falaise : c'est cela que recherche la majorité des grimpeurs d'aujourd'hui. Je n'en fais pas (encore) parti. Il me manque cette part d'aventure (présente sur totalité des autres voies que j'ai pu grimper sur cette falaise) sans laquelle l'escalade n'est finalement qu'une activité gymnique...


Mertxe dans la voie esminu

L4 de sueno vertical

Louis en fin de voie

On a testé les rappels : à déconseiller fortement, sauf si vous aimez les remontées sur cordes...

jeudi 24 juillet 2014

pene d'udapet - Le maître des lieux

Nous avions, il y a plusieurs années, parlé avec Gérard Traille d'équiper une voie à droite des voies classiques dans la zone entre "l'étoile du berger" et la voie d'artif "salomé, sonia et l'autre" au Pène d'udapet. Mais j'avais en tête d'ouvrir une voie semi-équipée alors que Gérard voulait faire une voie entièrement équipée, accessible à plus de monde. Comme l'homme était tétu (au moins autant que moi), nous avions remisé le projet aux calendes grecques.

En ce début d'été, je me suis dit qu'il était temps que je lui rende hommage en réalisant la voie qu'il souhaitait. Nous nous sommes donc attelés à la tache en compagnie de René, un autre proche de Gérard, qui a été d'une aide énorme sur ce projet. Si ça m'a parfois fait mal au cœur de poser plusieurs spits à coté des quelques fissures à friends que comporte la voie, je me suis dit que je devais bien ça Gérard.

Je trouve la voie très belle au dessus du jardin commun à toutes les voies (ici entre L3 et L4) mais Je suis un peu déçu de L3 qui est, avec la toute fin de L2, la seule section en rocher un peu moins parfait. J'y ai notamment évité une belle dalle qui me semblait trop dure. Si le courage nous reprend, nous ferons à l'occasion une variante plus difficile mais plus belle de cette troisième longueur...


Photos prises lors de la première répétition de la voie ce mercredi avec René et Louis

Le topo

L1, en passant par le pendule

L4, première longueur au dessus du jardin avec de jolis passages

L5, une des plus jolies longueurs

René après le pas de 7a, plus facile pour les grands

L7, une dalle pas si facile type mature

L8, René et Louis commencent à tirer la langue avec les sacs

L9, à la fin d'une longue section de cannelures superbes