dimanche 22 mars 2015

Montagne d'Areng - la fissure

Ce week end, du mauvais temps était annoncé sur la crête frontière. J'ai donc proposé à Fabrice d'aller grimper à la montagne d'Areng en Barousse.

Depuis ma précédente visite, je lui avais vanté la beauté des lieux et il était donc motivé pour découvrir le secteur qu'il ne connaissait pas. Au final, on n'aura absolument rien vu et on aura même réussi la performance exceptionnelle de se perdre sur le bas de la voie dans le brouillard. Heureusement, quelques traces de nos prédécesseurs les jours précédents nous auront remis sur le droit chemin.

Par contre, l'absence de vue sur les paysages alentours aura été largement compensée par la rencontre d'Henry Fiocco et de ces 2 compagnons, super sympas et intéressants, ce qui nous aura fait passer une super journée : merci à eux.
Pour ceux qui ne connaissent pas le coin, je vous conseille vivement d'y aller : le paysage est très beau lorsqu'on y voit quelque chose et cette petite montagne permet de grimper lorsque les conditions sont mauvaises ailleurs.

Pour les conditions du jour dans le secteur, c'était assez moyen : neige daubée par la quasi absence de regel et touffes d'herbes dégelées (la longueur raide de la fissure était par contre encore bonne avec de la neige dure en sortie).

Sur le bas, on n'est pas sûr d'être au bon endroit...

Sortie de la fissure

A la fin de la voie, on n'a toujours rien vu

lundi 16 mars 2015

Les 60 ans du vieux

Après un joli but le week end dernier et un petit couloir en solo au Culivillas cette semaine, j'avais prévu de longue date de grimper une belle voie ce week end avec Robert pour l'anniversaire de ses 60 balais. Comme la météo ne permettait pas de réaliser une course d'alpinisme d'envergure, On est parti grimper à Gavarnie dimanche pour un benzayous tranquille (je ne l'avais pas refait depuis longtemps et ça reste une des très belles voies du cirque).

Je me suis penché pour l'occasion ce week-end sur quelques vieilles photos que j'avais fait de Robert et il faut reconnaître qu'en 20 ans il a pris cher!
-Beaucoup de cheveux blancs en plus
-Quelques bouts de doigts des mains en moins (on fait rarement 3 sommets de 8000m sans conséquences), prétexte dont il se sert systématiquement lorsqu'il n'arrive pas à passer un passage en escalade.
-Monsieur est devenu peureux et ne souhaite plus grimper en tête
-En 20ans, de moins en moins de pratique de l'alpinisme au profit d'activités pour sportifs incontinents comme le parapente ou le VTT

Bon, il faut reconnaître qu'il a gardé cet enthousiasme qu'on lui envie tous. Bon anniversaire donc et rendez vous pour tes 70 ans...

P.S. : au niveau conditions dans le cirque, c'est encore très bon. Une cordée a fait Thanatos et une autre a tenté l'apendiz del maestro (but dans la 2ième longueur mais belle tentative quand même)

Robert dans les années 90 à Riglos : les plus anciens auront reconnu le pantalon fluo d'époque et le casque Galibier complétement collector. Par contre il était déjà au taquet : ça, ça ne change pas!

Toujours dans les années 90, lorsqu'on avait grimpé la face nord classique du Mont perdu; le glacier existait encore...

Dans les années 2000 en himalaya

Gavarnie 15 mars 2015 - le vieux est toujours là

Nouveauté : lui qui a passé sa vie à pleurer, il ne se plaint plus lorsque les conditions se font plus viriles : le début de la sagesse?


Allez, un peu de pub quand même pour les 2 livres de l'ancêtre qui sortent ce printemps : uniquement pour les sportifs ayant à nouveau besoin de couches Pampers...


dimanche 1 mars 2015

un peu de tout...

Pas de nouvelles depuis un certain temps pour cause de manque de motiv pour compléter ce blog.
Pas mal de sorties, pourtant mais rien de bien majeur; au menu :
-beaucoup, beaucoup de ski de rando (ça faisait plusieurs années que je n'avais pas skié autant) allant de l'excellent au début au très moyen sur la fin
-quelques sorties falaisard in the sun, histoire de reprendre l'escalade en douceur
-un joli but (pour changer) en alpinisme avec Jean Mi dans la poudreuse vers Cauterets
-une continuation d'ouverture à Pena Rueba (pour laquelle on avance bien lentement) ce week end pour éviter le mauvais temps


Mertxe en skis dans la vallée d'aspe

Le pène d'Udapet sous la neige

Robert à la trace vers Bénasque

Jean Mi en alpi à l'attaque vers Cauterets : on ira pas très haut...

Ouverture vers Pena Rueba. Fabrice et Louis dans L1

Louis dans L2

Riglos


mercredi 28 janvier 2015

Izas - colgada+notre dame

Mardi, les copains que j'avais titillé pour aller grimper n'ont pas appelé : ça sent la sortie ski pour le mercredi.

Un coup de fil arrive :
-salut vieux frère, c'est Mickael
-Tiens, un revenant! tu appelles pour aller grimper?
-Oui. Gavarnie mercredi, ça te dit?
-ça va être compliqué : je dois rentrer tôt le soir. Mais si tu veux, on peut tenter Izas. J'ai pas d'infos mais ça fait un moment qu'il fait froid; c'est peut être bon, sans garanties évidemment.
-Ok!

Et voilà comment je me retrouve à nouveau encordé avec Mickael 4 ans après son grave accident en cascade. Evidemment, on n'arrivera pas assez tôt sur place et plusieurs cordées qui ont eu visiblement des infos des jours précédents nous ont devancé. Toutes les classiques sont étonnamment à peu près en condition (histoire d'eau semble fine au milieu mais des cordées sont passées aujourd'hui). On se décide pour la colgada qui a belle allure (elle est assez facile en ce moment; c'est du 5 tout au plus). Comme la sympathique cordée navarraise qui nous précède, on évitera les 5 derniers mètres beaucoup trop fins en ce moment par une longueur de mixte en traversée à gauche (pour ceux qui veulent passer par là et se protéger, prendre un camalot 4 que, bien sûr, nous n'avions pas). Comme il est encore assez tôt, on a le temps d'enchainer avec sa voisine "notre dame" qui reste toujours sympa.

Une belle journée et ça fait plaisir de revoir Mickael, à nouveau surmotivé, qui voit des glaçons grimpables partout...


Colgada à droite et notre dame à gauche

Dans la colgada, je tire une longueur à presque 60m, faisant un peu râler Mickael à qui il ne reste qu'une quinzaine de mètres à grimper

Pily n'est pas formée cette année

Notre dame

dimanche 25 janvier 2015

Gavarnie Crac-Crac

Après une reprise de la glace en douceur ce mercredi au panneau de bielsa, je suis parti aujourd'hui avec Jean Mi à Gavarnie. On avait l'intention d'aller grimper au 2ième étage mais en arrivant à l'hôtel du cirque, je me rends compte que crac-crac semble bien formé et, pour une fois, la stalactite des amigos qui la domine me semble très maigre et peu menaçante (ou au moins, je m'en persuade). Comme en plus, cette voie fait partie des dernières que je n'ai pas grimpé au 1er étage et qu'il y a bien du vent en altitude, je persuade rapidement Jean Michel de mettre le clignotant à droite.

La voie s'avèrera très sympa et en assez bonne condition. Pour la descente, par contre, on aura eu la mauvaise idée d'aller chercher les rappels de fluide glacial au lieu de redescendre sur abalakofs. La banquette du haut nous a semblé très plaquée, au moins sur le bord droit et on a un peu serré les fesses en la traversant.

Les classiques semblent maintenant toutes plus ou moins en conditions ( du monde dans freezante, fluide et ruflette ce jour. Thanatos bien qu'assez maigre, semble grimpable).Sinon, le coin est toujours aussi beau. Je l'avais un peu délaissé ces derniers temps, à tort...


Jean Mi grimpe élégamment la 2ième longueur

Plus haut

Vue du 2ième et 3ième étage depuis les banquettes : les plus observateurs auront remarqué que, cette année, la ligne de "un homme pressé" existe. Si elle est grimpable (de loin, elle me parait quand même fine), il va y avoir pas mal de candidats pour les 3 étages...

dimanche 18 janvier 2015

news

J'ai eu peu de temps libre ces temps ci alors qu'un anticyclone persistant permettait visiblement quelques belles courses d'alpinisme (juste le temps de monter à la zapatilla en vallée d'aspe en faisant quelques variantes plus difficiles pour rendre la course plus intéressante).

Ce week end, j'étais enfin libre mais une belle chute de neige 2 jours avant ne permet à priori pas de réaliser de grandes voies. Comme je n'ai pas envie de faire 2 jours de ski, je propose à Louis d'aller grimper une voie plus courte vers la montagne d'Areng que je ne connais pas. Le matin, ça commence fort : la piste est enneigée et verglacée et il faut donc partir du bas. On troque donc les chaussures d'alpi pour les ski de randonnées. Après avoir un peu erré dans la forêt (il y a plein de pistes forestières non indiquées), on finit par arriver à la cabane d'Areng à 12h30. On était parti grimper la voie de la fissure mais on change d'objectif pour aller dans Fanou, à priori plus facile.

Depuis longtemps, je me suis spécialisé à grimper des voies réputées faciles qui ne sont pas forcément en conditions, ce qui durcit notablement les courses. Il faut le reconnaître, ça les rend aussi vraiment plus intéressantes. Fanou ne dérogera pas à la règle. Elle était bien sèche ce jour mais présentait du coup 3 passages bien techniques et sympas(je pense qu'elle valait un bon TD avec ces conditions). La descente à ski au milieu des sapins sera également vraiment agréable avant de rejoindre la piste. J'ai vraiment trouvé le coin très beau et je reviendrai y grimper.

Aujourd'hui, je suis parti skier un Ayré classique à Barèges dans une neige de cinéma avec les locaux et ça m'a fait bien plaisir de les revoir. Il y avait avec encore de belles pentes vierges dans les bois (il est d'ailleurs étonnant de voir que tout le monde descende au même endroit alors qu'en se décalant d'à peine 100m, il n'y a plus aucune trace).
Un bon week end à la montagne, donc.


Sortie de la cheminée souterraine de la zapatilla. Fabrice à l'image est passé par la sortie classique alors que j'ai pris avec Louis une variante bien plus dure sur une langue de glace déversante.

Dans le couloir Fanou à la montagne d'Areng

Sortie de premier ressaut, un peu déversant et assez délicat

Louis à l'attaque dans le 2ième ressaut, bien sec également

Sortie de la dernière goulotte esthétique

Aujourd'hui, arrivée au pluviomètre de l'Ayré avant une belle descente

mercredi 7 janvier 2015