jeudi 14 juin 2018

Riglos - opus nigrum

Comme on en a marre de voir tomber la pluie, on part en Espagne avec Mathieu. Entre les arbres tombés sur la route et les déviations à cause des inondations, j'arrive avec plus d'une 1/2 heure de retard au rendez vous : ça commence fort! On se décide pour la voie Opus Nigrum, une des dernières que je n'ai pas encore fait, tout comme Mathieu. La voie s’avérera très jolie, une des seules où il reste un peu de grain sur les galets (probablement parce qu'elle est moins grimpée que les voies classiques de Riglos).

On a tous les 2 manqué l’enchaînement sur au 1er surplomb de L4 qui est bien dur...Il faudra revenir. En ce qui concerne l’éloignement des points dont tout le monde parle sur cette voie, ça ne nous a pas ému plus que ça. Dès que ça s'éloigne un peu, les passages sont plus faciles.

En tout cas, on a vu le soleil et ça, c'est le plus important avant de rentrer chez nous, dans le mordor...


L1

L2

L3

L4, la plus difficile

lundi 28 mai 2018

Falaise d'Etsaut - "Le royaume de Teddy"

Le temps étant toujours très instable, nous sommes partis l'autre jour avec Damien grimper une voie équipée datant de la fin de l'année dernière sur la falaise d'Etsaut. La paroi étant assez déversante, il suffit en effet d'avoir grimpé la première longueur pour pouvoir être à l'abri de la pluie comme on en a fait l'expérience ce jour là (dès L2, on a grimpé avec un rideau de pluie qui tombait derrière nous).

La première longueur est par contre très moche et désagréable sur un rocher un peu licheneux et c'est bien dommage parce que la suite est très jolie sur un caillou de type espagnol. Sans cette première longueur, la voie aurait même pu devenir classique, même si ça grimpe tout le long. Descente en rappels mais il faut reclipper certains points.

Le topo

Damien dans L2

L3, par la variante avec les 2 pas d'A0

Début de L4

L5, un très beau dièdre déversant avec juste les prises qu'il faut

La vue d'Etsaut sous la pluie

lundi 21 mai 2018

Pena de Sin - voie "14-18"

4 ans et d’innombrables voyages pour ouvrir une voie d'escalade, c'est un record pour moi!! Vu l'essence qu'on a cramé pour ouvrir cette voie, c'est probablement la voie avec le pire bilan carbone de la pena de Sin. On a commencé en 2014 en attaquant sur un départ beaucoup trop dur pour nous et il a fallu refaire un nouveau départ une fois la voie terminée (plus à gauche, en passant, par la première longueur de la voie "dopé au magret"). Il faut rajouter à cela que Jean mi a souvent été blessé ces dernières années et qu'il ne souhaitait pas retourner régulièrement dans ce projet. Même pour faire le topo, il a fallu du temps car on a fini la voie début mai (comme dit Jean Mi, de toute façon ça n'intéressera pas grand monde). Un vrai accouchement dans la douleur, donc!!

Sinon, la voie est très jolie (un peu moins quand même,je pense, que sa voisine Olvido) mais difficile et soutenue (même si je pense que la cote obligatoire est peut être un peu moins que le 7a indiqué dans le topo). le nom de la voie est lié bien sur au temps qu'on a mis à l'ouvrir et comme c'était parfois un peu la guerre...J'ai bien conscience que, comme d'habitude, ma présentation et mes photos ne donneront pas envie à grand monde d'y aller mais je n'ai jamais été un bon vendeur (ni un bon photographe). Ceux que ça intéresse n'auront qu'à essayer et se feront leur propre opinion. Moi, en tout cas, je la trouve très sympa!

On a laissé les 3 longueurs du bas de la voie originale équipées au cas où ça motive un fort grimpeur.


Le joli topo fait par Jean Mi



L1: on regrimpe la première longueur de la voie "dopé au magret"

L2, pendant l'ouverture : gros gaz à seulement 60m du sol...

Jean Mi grimpe à son tour L2

Début de L3

L4

L5

L8

L3 par la voie originale

vendredi 11 mai 2018

Vallée d'Aspe- pic de Narbissat - Jeremy

Lorsque nous avons ouvert cette petite voie en plan B dimanche dernier en vallée d'Aspe avec Fabrice, nous étions loin de nous douter du drame qui allait se nouer 2 jours plus tard. Tu nous laisses tous bien tristes et on a décidé de te dédier cette petite voie facile. Elle n'a qu'un intérêt local tant le ratio marche/grimpe est défavorable pour notre société de consommateurs, y compris en escalade (1 bonne heure de marche pour à peine plus de 100 m d'escalade).

Pourtant, nul doute qu'elle t'aurait plue car elle offre à coup sur une des plus belles vues sur la vallée d'Aspe, et notamment sur "ton" cirque de Lescun où réside encore une partie de ta famille. De plus, le caillou y est globalement excellent.

Salut le gros, tu nous manques déjà beaucoup!

Le topo

La vue sur le cirque de Lescun

L1

L2

Début de L3

Hasta la vista companero

jeudi 3 mai 2018

Pena de sin -"ya somos el olvido que seremos"

Initialement, j'étais motivé pour modifier le départ d'une voie (commencée il y a plus de 4 ans!) terminée mais non diffusée à la pena de Sin mais mon co-ouvreur Jean Mi n'était toujours pas motivé. Je m'incruste donc au dernier moment avec les machines Emile et David qui partent grimper la voie "ya somos el olvido que seremos". David devant rentrer tôt et ne voulant pas perturber les mutants, je m'adjuge les longueurs de chauffe pour les laisser ensuite s’exciter sur les longueurs du dessus ( David pour les longueurs en 7b et Emile pour la longueur en 7c du haut) : la fusée à trois étages en quelque sorte:)

Autant le dire de suite, la voie est vraiment superbe et le caillou exceptionnel à l'exception d'un court passage dans L5. On se sera vraiment régalé!!! Bravo aux ouvreurs pour la vision et la réalisation de cette ligne!! On a par contre été un poil surpris sur certaines cotations, notamment sur le 7c du haut qui ne vaut pas plus que 7b à notre avis (même moi, je l'ai enchaîné assez facilement (alors que le 7c à vue est pour moi plus que rarissime ...)); le 7b+ superbe de L3 est presque plus dur alors qu'il est déjà gentil pour la cotation.

En tout cas, cotations ou pas, c'est une voie splendide qu'il faut faire absolument! Une perle de plus sur cette paroi que j'adore!




L1

L2

L3, superbe

L5

L6, avant le pseudo 7c

samedi 28 avril 2018

Pena Montanesa - Face ouest - "El senor del hielo"

Depuis quelque temps, on entendait parler avec insistance de la face ouest de la pena Montanesa et de son caillou superbe, type wendenstock. On se décide donc à aller voir ça de plus près ce vendredi. David propose d'aller grimper "Sin casa, ni perro, ni jardin" mais comme ça fait longtemps que j'ai pas grimpé à la Montanesa, on se tourne plus prudemment vers "el senor del hielo", la voie la plus facile de la zone.

Arrivés au pied, c'est un peu la déception autant pour David que pour moi (comme souvent sur les parois bien vendues dont tu attends des merveilles) : la paroi n'est pas très haute (250m maximum) et la première strate de rocher est vraiment moyenne sur au moins 50 m, ce qui fait que la partie vraiment jolie est assez limitée. Pour moi, les parois hors catégorie de la Montanesa restent donc sans conteste le Penpenus et le pilier de Sobrarbe. On attaque la voie et, effectivement, le caillou est très moyen sur les 3 premières longueurs. Au dessus, c'est vraiment plus beau mais il y a encore des zones pas toujours exceptionnelles. J'attaque la dernière longueur lorsqu'on se prend un orage de grêle (non annoncé) sur la tête à 14h30 : on ne finira donc pas la voie. En ce qui concerne la voie, l'équipement nous a paru parfois un peu disparate (mais il y a peut être des contraintes d'ouverture que je n'ai pas vu). Le matériel indiqué est un peu trop abondant (il me semble qu'un jeu de friends et de micro peut suffire) : un peu déçu, donc (je crois que c'est la première fois sur une ouverture d'A. Salvado et cie) mais je reviendrai probablement essayer Caminant ou Sin casa voir si c'était juste l'humeur du jour qui était un peu morose...


L2 : de jolies mouvements mais "roca a vigilar"

L6- ma pomme dans la plus belle longueur (photo prise par David)

L6 toujours, vue du dessus

David dans L7, très beau aussi

lundi 23 avril 2018

Maroc- Rif - voies "scratch" et "Le point final"

Nous sommes partis 10 jours avec Philippe au Maroc, mais cette fois dans la région de Chefchaouen dans le rif. L'ambiance y est vraiment très différente de celle de Taghia. Il faut savoir en effet que le secteur abrite une grosse et prospère industrie de fabrication de haschich, ce qui donne lieu à des scènes parfois cocasses. A tous les coins de rue on se fait accoster pour en acheter; Vous allez à l'épicerie acheter des gâteaux : on vous propose une énorme boulette; vous demandez aux gens quel est leur métier, ils vous répondent sans rire qu'ils font de l'import-export de plantes médicinales...ça nous aura bien fait rigoler pendant le séjour!

Mais le coin propose aussi quelque chose qui nous a bien plus attiré : une grande barre rocheuse calcaire allant de 200 à 400m de haut! La première semaine, nous avons pris la mousson sur la tête et notre choix s'est donc naturellement porté vers la paroi la plus déversante située sur le bord droit : le secteur Paraguas. Il se trouve qu'en plus, cette paroi est la plus proche de la route ( 15 minutes par un bon sentier) et que pile à cet endroit, un barrage avec un petit pont de bois permet de traverser la rivière (d'habitude, cette rivière se traverse à gué mais comme elle était en crue, c'était là vraiment impossible).

La technique des premiers jours était donc simple : on attendait une accalmie de la pluie et on sprintait vers la falaise, puis on grimpait abrité de la pluie. Même technique pour le retour. Nous avons pu avec cela ouvrir 2 très belles voies, une équipée et une en terrain d'aventure (même si nous avons du attendre le retour du beau temps pour les terminer, le haut au dessus des gros surplombs n'étant pas à l'abri de la pluie). La voie équipée, nommée "le point final", passe intelligemment au milieu de grand surplombs (merci à Philippe pour la vision sur le tracé) et sera sans nul doute souvent parcourue. J'ai pourtant vraiment une tendresse particulière pour la voie terrain d'aventure, nommée "scratch" car il fallait vraiment y croire pour se lancer dans des grands murs déversants d'apparence compacts. En fait, la voie est pleine de bonnes surprises car il y a des trous un peu partout qui permettent une protection aisée sur friends ou sur lunules. Superbe!

Chefchaouen, ville magnifique

voie "scratch"

le topo

l1

Fin de L3

L4

L7

L8

L9

voie "Le point final"

Le topo

L1

L2

Début de L4 (pour changer, il pleut derrière nous)

Fin de L4

Fin de L5

L5, lors de la répétition

L6