lundi 1 juin 2020

Gourette - "Le retour de Gaston Lagaffe" et Larribet -"renforts estivaux"

Mercredi, je devais rentrer tôt à cause d'une petite fiesta. Je propose à Xavier d'aller ouvrir une voie très facile à Gourette, pas très loin de "la balade des pieds nickelés" au Coutchets. Je comptais rejoindre cette voie après le rappel, mais dans L4, sur une partie plate peu intéressante, j'ai vu un jolie dalle à droite qui rejoignait l'arête au niveau de la longueur avant le rappel des pieds nickelés, ce qui aura rallongé un peu la voie, tout en la rendant un peu plus intéressante, mais la rendant bien moins logique (on aurait presque pu l'appeler illogique). En tout cas, mission accomplie au niveau de l'horaire, j'étais le premier à l'apéro le soir...:).

Ce samedi, comme la distance des 100km est toujours en vigueur ce week end, on décide avec Fabien d'aller grimper au dessus du refuge de Larribet pour voir ce que donne le beau granite annoncé sur les topos. Aucun de nous deux n'avait jamais grimpé par là, on sait maintenant pourquoi : 3h d'approche à un rythme correct depuis le parking + de la voiture le matin; on attaquera finalement la voie à midi passé. La voie " renforts estivaux" déroulera heureusement rapidement. Gérard, un des ouvreurs, m'en avait dit le plus grand bien. Il avait raison, le granite, très beau et très sculpté, fait penser à Bavella en corse.



Le retour de Gaston Lagaffe

Le topo

L1

L2 (photo prise par Xavier)

L3, c'est bien plat

L4, à l'entrée de la dalle

Dernière longueur

Larribet - Renforts estivaux



Photos prises par Fabien


La face nord du Balaïtous, encore bien enneigée

samedi 23 mai 2020

Gourette- Coutchets- réequipement de "la balade des pieds nickelés" / Ansabère - début nouvelle voie à la grande aiguille et équipement d'une variante de la voie "clem's et Lyson"

Après quelques sorties en falaise, il était temps de retourner en montagne pour ce grand week end de l'ascension. Ca m'avait vraiment manqué et il faut reconnaître qu'on s'en sort bien avec les contraintes du déconfinement pour les activités de plein air, puisque pas mal de choses sont autorisées ( sauf coté espagnol) tant qu'on dépasse pas les 100 km autour de chez soi. En ce qui me concerne, outre le pays basque, ça me permet d'aller en vallée d'Aspe, d'Ossau et Vallée des gaves jusqu'à Gavarnie compris, ce qui laisse pas mal de choses à faire.

Mercredi, pour la reprise des grandes voies, je propose à Fabien d'aller réequiper la voie "La balade des pieds nickelés" que j'avais ouvert avec Fabrice il y a quelques années. C'est la voie la plus facile que j'ai ouverte mais elle était assez exposée et, du coup très peu de grimpeurs qui sont juste au niveau de la voie allaient la grimper (encore qu'à ma grande surprise, on a trouvé des traces de passage assez récentes dedans). Comme le caillou est globalement très joli ( sauf dans L6, peut être), on avait convenu avec Fabrice avant son accident qu'on la réequiperait. C'est chose faite et, avec Fabien, on a rajouté pas moins de 25 spits (jusqu'à ce que la batterie du perfo lache...:)). Malgré cela, elle demeure un peu plus engagée que sa voisine classique "Aquim le berbère". On verra bien si ce réequipement la fera sortir de l'oubli ou si, à l'inverse, ceux qui souhaitaient que la voie reste un peu exposée râleront.

Je pensais faire rapide pour cette première journée mais on aura mis pas mal de temps à réequiper. Du coup, je dois bien reconnaître que j'étais déjà bien entamé le lendemain pour aller commencer une ouverture en face nord de la grande aiguille d'Ansabère, entre le pilier nord et le couloir Garrote. On part avec Renaud et on a de bons gros sacs. Comme j'ai repéré assez succinctement le tracé, on décide de passer par le pierrier menant au couloir Garrote pour mieux voir la voie, au lieu de grimper classiquement par la rampe menant à la face est. Mal nous en a pris : on mettra un temps énorme et beaucoup d'énergie à arriver en haut de ce pierrier qui doit compter parmi les plus infâmes des Pyrénées (faisant passer la raillère à l'Ossau pour un agréable sentier...:)). On attaque finalement assez tard et la qualité du caillou, pour l'instant au moins, n'est pas si mal (pour du caillou typé grande aiguille bien sûr, qui quand même loin des standards du Pène d'Udapet ou de la mature).

On rentre à la maison bien lessivés à 11h du soir, ce qui fait que je ne suis pas bien frais le vendredi matin. Je décide donc d'aller équiper une variante en dernière longueur de la voie "Clem's et Lyson" qu'on avait ouvert l'automne dernier avec Ivan. J'avais évité le mur final qui paraissait superbe pour ne pas en faire une longueur équipée. Des copains l'avaient répété depuis, étaient descendus dans le mur et m'avaient dit qu'ils fallait absolument que j'équipe une variante car cela faisait parti du plus beau caillou d'Ansabère. C'est désormais chose faite et les répétiteurs auront le choix en haut entre une dernière longueur sur mur équipée ou une cheminée à protéger. Je pense que cette voie est peut être la plus jolie des 2 ou 3 que j'ai ouverte récemment sur cette petite face. L'inconvénient reste qu'il faut franchir, comme pour toutes les voies de la face, un jardin avec des pierres après une longueur et demi.

Ce matin, je suis reparti avec Xavier sur Gourette mais on avait oublié un peu vite qu'on habite dans le mordor au niveau météo et il pleuvait allègrement en arrivant. Par habitude, j'ai regardé les webcams coté espagnol : grand beau. Ou comment se faire mal en 2 clics...:). En espérant quand même qu'on soit autorisé à franchir la frontière avant octobre....

Gourette -La balade des pieds nickelés

Le topo réactualisé

Les coutchets

L1 - Fabien démarre et met un spit d'entrée pour éviter un retour au sol (le 1er qu'on voit sur la photo)

Après L3, ça devient assez plat :)

Devinez qui fait le goret en se vachant pour mettre un spit dans du pauvre 5 (photo prise par Fabien)

Dernière longueur


Ansabère - Début nouvelle voie grande aiguille


Le paysage, toujours aussi dément

Dans le pierrier menant au Garrote

Les 2 seules photos que j'ai pris dans la voie ce jour là


Ansabère - Equipement d'une variante de la voie "Clem et Lyson"


Le topo modifié par Ivan

La variante sur un très beau mur sculpté

dimanche 15 mars 2020

Marmida - Face nord - goulotte Jeremy

Alors que les habitants des pays voisins au notre sont confinés chez eux, nous on a le droit de sortir donc on en profite pour aller en montagne (le gouvernement organise ce jour les élections; on va donc voter tranquille mais le même jour, il ferme les bars : on a beau m'expliquer que ce n'est pas pareil, tout ça semble étonnant. A partir du moment où on interdit les rassemblements, on reporte les élections municipales).

Il y a quelques années, Jeremy m'avait envoyé une jolie photo d'une face nord en m'expliquant qu'il aimerait bien ouvrir la goulotte évidente qu'il y avait sur la photo avec moi. Il m'avait indiqué que c'était sur Lescun et on s'était calé pour y aller mais le mauvais temps était arrivé et on avait pas pu y retourner avant la fin de la saison hivernale. Jeremy était ensuite parti pour son tour du monde dont il n'est malheureusement jamais revenu. Depuis, j'avais un bout de photo sur mon portable et je cherchais discrètement cette face nord, sans succès (Lescun c'est vraiment grand...). L'autre jour au bar, je montre cette photo (de mauvaise qualité) à Renaud car je sais qu'il était très copain avec Jéremy : il me demande de la lui envoyer et me rappelle dès le lendemain. Il a trouvé où était cette fameuse face nord et c'est tout simplement dans le vallon de la Brénère ou habitaient les grands parents de Jeremy. J'avais même pas pensé à aller voir par là!

Rendez vous est donc pris ce samedi, pour aller ouvrir cette goulotte. Après 2h de marche, on arrive tranquillement au pied. La voie a l'air superbe et Renaud est bouillant pour grimper la deuxième longueur, qui parait la plus difficile à l’œil. Ok mec, on fonce! L1 est un peu plus technique qu'on pensait au départ. L2 est plein de bonnes surprises avec un peu de glace et des bons pieds quand on en a besoin. Seul bémol, on est un peu tard en saison pour une face nord d'altitude assez basse et la neige qu'on rencontre est de mauvaise qualité. Lorsqu'on sort de L2, on se rend compte que la voie est loin d'être finie car la suite est assez raide et il y a des blocs coincés bien techniques à franchir. Au final, on finit par s'en sortir. On pense que la voie est vraiment jolie (on y reviendra d'ailleurs sûrement pour la regrimper dans des conditions de neige et de glace plus optimales l'hiver prochain). Comme on est aussi un peu paranos, on est reparti direct commencer la goulotte plus à droite pour la terminer l'hiver prochain (A part vague de froid, c'est probablement fini pour cette année à cette altitude).

Aujourd'hui, profitant du beau temps on est allé grimper à la falaise d'Arguibelle. C'était blindé de monde : peut être que tout le monde se dit qu'il faut en profiter tant qu'on peut.


Le topo

La face

Renaud dans L2

Une goulotte encaissée

Vue sur L3

Renaud arrive à R3

Début de L4

Sortie de la goulotte au soleil, pile au sommet

Vue sur les aiguilles d'Ansabère et sur l'Ossau

jeudi 12 mars 2020

Larrau - falaise de Xakartea - "balade souletine"

Ces derniers temps, je suis beaucoup monté à Larrau pour le travail et, à chaque fois, en montant la cote, je ne peux m'empêcher de regarder la jolie falaise noire de Xakartea, au milieu des belles collines verdoyantes de la Soule. L'autre jour, j'ai amené les jumelles avec moi et je me suis arrêté 5 minutes sur le bord de la route. J'ai eu la surprise de constater que sur la partie raide de la falaise, on distinguait nettement de nombreux trous, à tel point que je me suis demandé pourquoi je n'avais regardé mieux avant.

L'autre jour, il faisait trop chaud pour aller en montagne : je propose à Renaud d'aller voir de plus près cette falaise. C'est tellement proche de la maison qu'on part très tard et on reste bien longtemps au bar. Résultat : on se retrouve au pied de la falaise alors que la journée est déjà bien avancée. on ouvre 2 longueurs et demi et on descend. Quelques jours après, à la salle, on discute avec Xavier, le plus proche voisin de la falaise et qui la regarde depuis sa plus tendre enfance. A l'évocation de celle-ci, je vois ses yeux briller. Je lui propose de se joindre à nous, comme ça on sera 3 souletins à ouvrir une voie dans la vallée.

La voie est sympa (mais comme on est de la vallée, on est peut être pas toujours très objectifs), sauf peut être la première longueur. Le rocher est un conglomérat de couleur noire et comme la falaise est au soleil toute la journée, il y fait bien chaud, ce qui fait qu'il est préférable de grimper la voie l'hiver ou à l'intersaison lorsqu'il ne fait pas trop chaud. Il y a pas mal de trous, de toutes tailles, qui servent pas mal pour les pieds et les mains ( et aussi quelques incrustations colorées très jolies), et heureusement parce que la voie est finalement plus difficile que je ne le pensais au départ. La voie est équipée car il a fallu viser le beau rocher compact (les quelques fissures sont remplies de mousse et d'herbe et on les a évité). La pente d'accès est assez raide et il est préférable d'avoir de bonnes chaussures. J'ai d'ailleurs installé quelques rappels (à 60m) pour descendre cette pente d'herbe pour ceux qui ne seraient pas très à l'aise. La vue sur le village de Larrau et le pic d'Orhy est superbe.

Le topo

la falaise

Xavier dans L2

L3

Des incrustations de rocher étonnantes

La vue sur le joli village de Larrau

mardi 25 février 2020

Pena Sabocos - Aurore Boreale et Aguero - grève générale

Ce week end, avec Fabien, on est parti grimper une jolie voie peu connue et oubliée à la Pena Sabocos, avant l'arrivée du mauvais temps : Aurore Boréale. On a tous les 2 beaucoup aimé; la ligne est esthétique et, bien qu'assez facile, grimpe un peu plus qu'on le pensait au départ. Une très jolie surprise.

L'autre jour, on était tous les 2 dispo également mais on s'est retrouvé à vouloir partir en montagne sur la seule journée de mauvais temps au milieu de l'anticyclone. On est donc reparti à Aguero, pour ouvrir une petite voie (4 petites longueurs), un peu plus dure ( et un peu moins sympa, je pense) que ces proches voisines sur le mallo voisin. Le nom de la voie à l'image des autres. On n'a pas libéré le premier bombé, bien dur à froid.

Pena Sabocos - "Aurore générale"

La ligne

L1

L2

plus haut

Des madrilènes bien sympas devant nous

La suite


Aguero - Grève générale

Le topo

L1

L2

L4