jeudi 22 juin 2017

pared de plandescun (pena de sin) - voie "impedimenta"

Le week-end dernier avec Jean Mi, nous sommes repartis à la pena de sin coté nord pour éviter les chaleurs. Cette zone peut être en effet un très bon plan en cas de forte chaleur car elle est à l'ombre jusqu'à 17h00 et il y a souvent un peu de vent. Nous sommes allés ouvrir une ligne évidente entre les voies "friolina" et "plandestimbadores". Au bout de la 3ième longueur, nous avons détruit la tête du foret. Nous continuerons cependant l'ouverture, mais comme il fallait au moins 5 minutes de perçage à chaque fois que nous mettions un spit, la voie est globalement bien moins équipée que "plandestimbadores". Elle est aussi un peu plus facile, dans le style de friolina, bien qu'un tout petit peu plus herbeuse que cette dernière je pense.

j'ai trouvé cette voie assez sympa, avec notamment une très belle dernière longueur dans une bien jolie fissure, visible depuis la route de Plan. L'accès est identique aux autres voies : suivre la sente qui monte à la voie "vendedor de quimeras", puis traverser au mieux à flanc. Pour la descente, comme nous sommes arrivés au dernier relais de "plandestimbadores", nous sommes descendus en rappel dans cette dernière. Il est cependant possible de descendre en rappel à tout moment dans "impedimenta" en prenant de la cordelette, car les relais sont soit sur 2 spits, soit sur arbre.

le joli topo, fait par Jean Mi



début de voie

L2

L3

L5, très jolie même si c'est un peu herbeux

L7, la plus jolie longueur; une très belle fissure sur 40m

lundi 12 juin 2017

Anso - Espelon solitario - "the roof"

Depuis quelques années, j'avais repéré des grands toits très attirants à droite de la classique "biba fidel" à Anso. L'équipe des jeunes alpinistes espagnols avait ouvert, plus récemment, 3 nouveaux itinéraires à droite de biba fidel, mais en restant sur le bord gauche de ces toits.

Dimanche dernier, la pluie est annoncée toute la journée: je persuade Fabrice qu'on sera à l'abri sous les toits et qu'on pourra y ouvrir tranquillement. On commence juste à grimper lorsqu'il se met à pleuvoir : on s'arrête très vite. En fait, les toits sont très hauts et le début de la voie n'est pas à l'abri de la pluie. on reviendra donc ce week end pour ouvrir la voie. L'entreprise commence d'emblée très fort : juste après avoir quitté la voiture, je glisse en traversant le ruisseau et je suis trempé jusqu'au slip, (comme il fait chaud, ça ne me gênera pas outre mesure). Fabrice réattaque la longueur qu'il avait commencé et, après 10m, au lieu de remettre le bon piton qu'il avait planté, il décide de partir sur 2 mauvais friends. Evidemment la sanction ne tarde pas :il se rate, les 2 friends s'arrachent et il tombe sur le gendarme sur lequel il était monté au début. Il est bien secoué mais arrive cependant tant bien que mal à regrimper jusqu'à l'endroit où il s'était arrêté la dernière fois et fait relais. Je prends la suite (après lui avoir donné un doliprane que j'avais miraculeusement dans le sac). Calmé par sa chute, j'artife une courte section en 7a au dessus du relais de peur de lui tomber dessus si je me rate. Je fais relais sous le grand toit et pense repartir. Cependant Fabrice, guronzé par le doliprane et voyant que le toit s'artife facilement décide d'y aller. Celui-ci s'avèrera superbe : en second, je ferai tous les pas en libre mais sans enchainer(je pense qu'il vaut 7b+ à priori). Je finirai ensuite la voie sur du très beau rocher pendant que Fabrice sortira comme il pourra.

Une voie pas très longue donc, mais qui nous aura donné pas mal d'émotions. La voie passe intégralement en libre mais il faut une bonne marge pour tout enchainer car il y a quelques sections où il est conseillé de pitoner en grimpant. sinon, elle s'artife facilement, au choix de chacun. Pour la cordée qui fait tout en libre, il est possible de prendre moins de matériel que ce qui est indiqué sur le topo. il y a 1 seul spit de progression dans le 6a du départ mais tous les relais comportent au moins 1 spit.

Le nom de la voie est bien sûr due au grand toit que l'on franchit, mais c'est aussi une référence à la nouvelle salle de bloc de Bayonne qui sert, depuis son ouverture, de résidence secondaire à Fabrice. Les mauvaises langues, dont je fais parti, disent qu'il voit actuellement plus souvent les gérants de la salle que sa femme et ses enfants!


Le topo

Fabrice débute la semaine dernière alors qu'il se met à pleuvoir

Arrivée à R2 sous le toit

Le toit

Fin de L4

mardi 30 mai 2017

Pared de plandescun (pena de sin) - voie "plandestimbadores"

Ce week end, compte tenu des chaleurs,on est parti à la Pena de Sin coté nord avec Matthieu, un jeune et fort grimpeur béarnais qui voulait connaître les joies de l'ouverture en paroi. On a ouvert une jolie voie que je trouve sympa et pas trop dure sur un caillou globalement très bon, à droite de Friolina On se sera employé à éviter au maximum les zones herbeuses typique des faces nord, ce qu'on aura je crois assez bien réussi à faire.

On aura ensuite terminé le week end sur les classiques couennes de las Devotas et Bielsa où Matthieu aura bien remis les pendules à l'heure : les jeunes dans le dévers, ça serre les prises!!


Le topo

la paroi


Matthieu grimpe L1 que j'avais ouvert en solo à l'automne dernier (et où il y a malheureusement le seul pas d'A0 de la voie)

J'attaque l'ouverture de L2 (photo de Matthieu)

Matthieu fait ses premiers pas en ouverture de voie dans L3

Le lendemain, la journée commence par ce que je déteste le plus en escalade : une remontée sur stat!

Ma pomme dans ce qui est peut être la plus belle longueur de la voie : L6, qui comporte plus de 30m de fissure propre (photo de Matthieu)

un petit bout de la fissure

Toujours ma pomme au début de L7(photo de Matthieu)

Matthieu débute L8







mardi 16 mai 2017

Vallée d'aspe - Dec de Lhurs - " Vue sur lac"

Vendredi soir, j'appelle René, qui sort de sa saison à la Pierre, et avec qui je n'ai pas grimpé depuis longtemps. Comme souvent, il est bien motivé et c'est toujours un plaisir de le retrouver. On part donc le dimanche dans un endroit que je fréquente beaucoup depuis l'année dernière : le dec de Lhurs.

On part ouvrir une petite voie facile sur un contrefort situé juste au dessus du lac de Lhurs. J'avais repéré une fissure qui rayait cette petite face mais cette fissure se sera avérée herbeuse à partir de la fin de la 2ième longueur. Profitant de la faible raideur du contrefort, j'ai pu partir sur les belles dalles de droite en fin de L2, puis partir dans L3 dans une traversée à l'issue incertaine mais qui s'avèrera plein de bonnes surprises, avec chaque fois un pied ou une main pour que le passage ne soit pas difficile (c'est pour moi le plus joli passage de la voie) et rejoindre un autre système fissuré propre.

Comme la voie passe à plusieurs endroits sur des dalles, elle est plus équipée que ses voisines (la traversée en dalle est équipée) mais il faut quand même rajouter pas mal de points sur friends dans les fissures. Relais sur 2 spits, sauf le dernier sur arbre.

Une jolie petite voie sans prétention, plus belle et un peu plus dure que nous l'escomptions au départ (mais la cotation obligatoire ne dépasse pas le v+) et surtout de bons moments passés avec René, toujours aussi sympa.

Le point négatif de la journée est que j'ai fait tomber mon appareil photo du haut de la voie (on l'a retrouvé en morceaux et sans carte sd au pied). René ayant oublié le sien, je n'ai aucune photo de la voie et de la journée.

mardi 9 mai 2017

Vallée d'Aspe - La Christalère - voie "Sec à tord"

Ce week end, nous sommes allés ouvrir une petite voie équipée à la Christalère au dessus de la nationale en vallée d'Aspe avec Damien et sylvain, un broyeur de prises vraiment super sympa de Toulouse. Je passe quasiment toutes les semaines sous cette falaise mais il a fallu que Damien me parle de la colonnette située au milieu de celle-ci pour que je la remarque. Sylvain l'avait aussi remarqué lors de ses voyages réguliers à Riglos. A cet endroit, la route fait pas mal de lacets : j'ai l'impression que dois être le seul à regarder la route plutot que de lorgner sur les falaises au dessus (il est vrai aussi qu'on ne m'appelle pas "the pilot" pour rien et que chaque trajet est une course!).

Entre le moment où on a parlé de la ligne et le moment où on l'a ouvert, il se sera passé presque 2 ans mais il est vrai que Sylvain est plus tourné vers l'Ariège et ne passe pas tous les jours dans la vallée. Comme je le soupçonnais, le passage dur se situe dans les toits sous la colonnette mais ça passe heureusement en libre et sylvain nous aura fait une démonstration d'ouverture car la pose des crochets pour se caler n'était vraiment pas évidente (il aura même du utiliser un crochet à l'envers).

La voie est courte mais le rocher est vraiment super beau, à l'exception des 5 derniers mètres herbeux de L1, où la voie se sépare de la vieille voie "le vaisseau de pierre". Le passage de la colonnette est en fait assez facile en prenant celle-ci en dulfer. La dernière longueur sera également très belle dans du caillou orangé assez prisu typé taghia.

A l'exception de L1 (qui nécessite un petit jeu de friends), la voie est équipée.


le topo

La falaise depuis la route

Sylvain, dans les 5 derniers mètres de L1, seule portion bof de l'itinéraire

Sylvain la machine, en train d'ouvrir L2 (la longueur clé)

La colonnette de L3

A la sortie de la colonnette

Dernière longueur

Voilà ce qui se passe quand l'apéro est trop arrosé...

jeudi 4 mai 2017

Taghia - Jeux interdits


Pour la suite du voyage , nous avons ouvert une très longue voie repérée entre le pilier de l'étrave et "rouge berbère". Autant Philippe que moi, nous n'avions jamais eu tant de difficultés précédemment pour ouvrir une voie. Elle était très longue et a nécessité une logistique inédite pour nous et, en plus, les coups du sort se sont acharnés : le premier jour, alors que j'étais prêt à attaquer nous n'avons pas pu démarrer pour cause d'oubli de mèche. Pour la suite, nous avions prévu de bivouaquer en paroi mais nous n'avons trouvé aucun emplacement intéressant (alors que nous avions même monté du bois pour faire le feu). Du coup, nous avons tout redescendu et stater ce que nous pouvions. Le jour d'après, nous avons remonté nos stats, regrimpé les longueurs déjà ouvertes pour continuer à ouvrir mais nous avons pris l'orage sur le pilier, 2 longueurs après une grande traversée horizontale (pour laquelle, nous avons heureusement laissé une petite stat) et nous sommes redescendu comme nous avons pu dans ce qui a pu ressembler parfois à la retraite de Russie...nous nous sommes décidés à accéder par le haut pour finir et nous avons laissé tout notre matériel dans une bergerie, non loin du grand pont berbère : quand nous sommes revenus, la bergerie était fermée à clé et nous avons du démonter la serrure à l'aide d'un pseudo-tournevis confectionné à base d'un gros clou. Lorsque nous avons enfin pu démonter la serrure, puis la remonter, nous avons à nouveau pris l'orage et la journée s'est résumée à un portage. Enfin, nous sommes descendu dans la paroi (nous avions pris la peine de laisser une longue stat de 5mm pour les longueurs du haut au cas où...), nous avons pris un gros orage au dessus de la tête et nous avons du, pour pouvoir sortir, remonter à la jumar sur la stat de 5mm en s'assurant à corde tendue avec notre corde d'escalade (à ne pas trop reproduire...).

Le bilan des vacances : 8 levés à 5h30 du matin pour la voie, des portages et des hissages de sac énormes, de la jumar, des gros orages avec les éclairs qui tapent pas loin, une remontée à la jumar sur stat de 5mm bien, bien engagée... : la mission!!!(heureusement qu'on reprend le boulot pour se reposer).

La voie ouverte s'appelle "jeux interdits" (la bien nommée) : elle me semble vraiment jolie avec des longueurs géniales (mais je sais que quand on ouvre, c'est parfois "amor de madre"). Les répétiteurs diront ce qu'ils en pensent. Elle n'est pas trop dure et assez équipée, mais attention, là encore moins qu'ailleurs, tout n'est pas dans la cotation :
- Pour refaire cette voie, prévoir une longue journée de beau en comptant 1h30 d'approche et 2h de retour.
- La descente en rappel est très compliquée très vite, et n'est plus une option après la traversée de L7 : il faut sortir par le haut (et personne ne viendra vous chercher)!
- La voie est très longue et il faut tenir la cadence dans du 6c oblig, même dans les dernières longueurs
- Quelques friends moyens sont utiles dans quelques longueurs et peuvent aussi réduire l'engagement dans d'autres


Le topo

L2

L3 (photo de Philippe)

Ma pomme dans L4, lors de l'ouverture (photo de Philippe)

L5

L6, lors de l'ouverture

La traversée pendant l'ouverture : ce n'est pas la plus belle longueur, mais elle empêche pratiquement tout retour en rappel

L8

L9

L10

L11

L12

retour au refuge chez Saîd, après avoir pris un orage majuscule sur la tête...


Said, le berger, entretient le grand pont berbère