mardi 4 avril 2017

Tozal de vero - Vertigo

Ce week end, fuyant le mauvais temps, on est parti en Sierra de Guara avec David. Presque d'entrée, on se perd sur la sente pourtant bien marquée (et que je connaissais en plus!) menant au Tozal de Vero, ce qui nous obligera à faire les sangliers et à une traversée bien frisquette du Vero pour rejoindre la paroi. On ira grimper la voie Vertigo, qui est vraiment super belle, bien qu'un peu trop équipé, par endroits, à mon goût (mais je sais qu'il n'est pas facile d'ouvrir en solo. D'ailleurs, bravo à l'ouvreur pour l'ouverture qui a du coûter bien des voyages et de la persévérance). Le cheminement est vraiment bien trouvé. Pour plagier David, une voie superbe dans un coin sauvage.

Merci à David pour les photos

La face

mercredi 22 mars 2017

Grèce - Péloponèse - voie Helonas (la voie des tortues)

Au mois d'octobre dernier, nous étions partis avec Philippe en Grèce dans le péloponèse, à Leonidio plus exactement. On avait grimpé pas mal, puis ouvert une très jolie grande voie équipée, pas très dure, sur la grande falaise dominant la ville, avec les encouragements des grimpeurs locaux. Mais, peu de temps avant de partir, on avait reçu un mail venu d'Athènes nous demandant de déséquiper cette voie, car le grimpeur qui avait envoyé le mail nous indiquait que la zone devait être réservé pour l'escalade en couenne. On s'y était refusé, car outre le fait qu'il est complètement aberrant d'équiper des sites de couenne au pied d'une grande paroi (on a vu des énormes blocs posés juste au dessus des sites de couenne déjà équipés), on s'était justement arrangé pour que notre voie ne passe au dessus d'aucun des sites de couenne existants (et en plus il y a énormément d'autres secteurs dans la vallée bien adaptés pour ça alors qu'il y a une seule falaise adaptée aux grandes voies). De plus, on avait bien nettoyé notre voie et on estimait qu'elle était safe. Dans l'attente que la situation se décante, on n'avait pas diffusé le topo mais il semble maintenant que la voie est régulièrement parcourue, au point de devenir assez classique (les répétiteurs ont vraiment apprécié la voie). Je la diffuse donc.

A noter que, compte tenu des problèmes de corrosion de la zone, il nous fallait obligatoirement équiper en inox 316L; vu les prix de l'inox, on avait demandé des goujons à petzl qui a bien voulu nous les fournir gratuitement (c'était la première fois de ma vie que je ne payais pas le matériel laissé dans une voie)

Philippe a fait un autre compte rendu de la voie ici :
http://mussattopo.over-blog.com/2017/02/leonidio-voie-helonas.html



photo du tracé et topo
2 photos de l'ouverture




les jolies photos suivantes sont prises par Philippe lors de la répétition de la voie (c'est vrai qu'il avait un beau modèle)

L3


L4
L'incroyable toit plein de bonnes surprises de L5




Les carapaces de tortues trouvées dans la grotte
une tortue bien vivante

Une grosse tortue bien vivante au pied de la falaise

dimanche 5 mars 2017

Montagne d'Areng - "Non gogoa, han zangoa"

L'autre jour, après une journée neigeuse et une météo annoncée moyenne, et soupçonnant quelques risques d'avalanches en haute montagne, on est reparti à la montagne d'Areng. Je n'étais pas allé dans la zone cette année et je me suis à nouveau régalé.

De nombreux grimpeurs rigolent souvent lorsque je parle de cette petite montagne, oh combien attachante (mais quasiment tous ceux qui rigolent n'y sont jamais allés) : on est bien d'accord, ce n'est pas la face nord du Vignemale, ni le cirque de Gavarnie, mais lorsque les conditions sont moyennes en haute montagne, elle permettent de grimper des itinéraires plus ou moins techniques en se faisant bien plaisir dans un très beau cadre. Qui plus est, au risque de faire bondir les puristes, je trouve que par bonnes conditions l'ancrage des piolets dans les touffes gelées est plus agréable que dans la glace (ici, pas d'assiettes). Le seul gros regret de la journée pour moi a été que henri, qui nous a accompagné jusqu'au pied de la voie, n'avait pas pris ce jour là son matériel. On aurait bien grimpé avec toi, Henri.

On a ouvert une petite voie juste à gauche de Fanou (qu'on avait tenté sans succès l'an dernier pour cause de mauvais regel), avec un passage qui pique un peu, mais l'ensemble de la voie reste peu soutenu.


Le topo

Louis et Fabrice en train de grimper L2 pendant que je regarde la suite (photo de henri)

Louis, puis Fabrice arrivent à R2

Fabrice prend le relais pour L3

mardi 28 février 2017

Pena solano - Joncquille

La semaine dernière, profitant des chaleurs printanières, je suis parti avec Louis regrimper une voie facile que j'avais ouvert l'année dernière. Elle était un peu tombée dans l'oubli (encore qu'on ait trouvé des sangles de passages de cordées précédentes, qu'on a laissé), ce que je trouvais dommage parce qu'il me semblait qu'elle était jolie. Louis, qui est plus dans le niveau de la voie, a affiné les cotations. On en a profité pour nettoyer à nouveau et c'est maintenant assez propre (à l'exception d'un petit passage facile à la sortie de la fissure de L1). Après la vire, c'est un peu plus dur mais le caillou devient globalement vraiment bon.La voie s'est avérée très jolie et facile. Louis l'a trouvée plus jolie que le classique dièdre Sajuma, en un peu moins équipé évidemment.

Le topo actualisé

Louis attaque L1

C'est à mon tour d'attaquer L2 : les points sont rapprochés au début (photo de Louis)


Louis arrive à R2

Début de L3

Fin de L4, très beau

L5

une photo de l'ouverture l'année dernière

mercredi 22 février 2017

Glace à Gavarnie

Aujourd'hui, nous sommes repartis au cirque : 2ans que je n'y avais pas mis les pieds et j'avais oublié à quel point le coin était beau. On arrive pas très tôt et plusieurs cordées sont déjà en action. Jean Michel est motivé pour aller dans Thanatos malgré des longueurs qui paraissent bien neigeuses. Mais la colonne est bien et que je l'ai pas grimpée depuis longtemps, donc ok man! J'attaque donc les hostilités et arrive à R1. Au début, ça coule juste un peu au relais mais le temps que Jean Mi monte, ça commence à devenir du canyoning : je suis bien trempé et ça sent le plan galère - on insiste pas et on descend.
La matinée est bien avancée et on se retrouve au pied des cascades, la plupart occupées. Une cordée fait demi-tour dans Ice Folle. Va donc pour cette voie (en plus, ça fait aussi un moment aussi que j'y suis pas allé); on fonce donc sans perdre de temps et la voie s’avérera être en très bonne condition( bien sûr, il y a toujours des passages neige-glace caractéristiques de toutes les cascades de la zone).

Au niveau conditions dans le coin, la plupart des classiques sont en bonnes conditions, sauf Adrenaline et peut être thanatos (la stalactite de lowe, love me do est aussi tobée). Le 2ième et le 3ième sont ok, les alpes juliennes et quelques cascades d'Atico aussi. Dans les semaines précédentes, de grosses avalanches ont bien balayé la zone depuis le 3ième étage : du coup, toutes les banquettes sont vraiment bien stables actuellement.


Thanatos

L1 de Thanatos

plan B dans ice-folle

Fin de voie


2ième et 3ième étage

lundi 20 février 2017

Gourette - Arête des coutchets

Après un peu de cascade de glace pendant la période de froid, puis une reprise du rocher en couenne du style "j'ai mal aux doigts", retour à la montagne ce samedi. Fabrice était allé skier vers Gourette cette semaine et avait vu des lignes dessinées qui pouvaient être intéressantes. On arrive un peu plus tôt et on prend le temps de bien jumeler les lignes en question : elles sont en effet dessinées mais l'assurage me parait vraiment problématique. Ca ne broche pas et on sait que sur le rocher de Gourette, il est parfois (souvent) difficile de s'assurer correctement. c'est soit de la grimpe en solo (ce qu'on a ni le niveau moral, ni peut-être technique de faire), soit une probable ligne de spits (ce qu'on veut surtout éviter dans cette zones peu équipée). On renonce donc et Fabrice me propose, en plan B, l'arête des Coutchets, qu'il a déjà parcouru plusieurs fois, qui va jusqu'au sommet du pic du ger et qui propose l'avantage non négligeable de présenter une descente par l'autre versant entièrement skiable.

Je me dis au départ qu'on va courir. En fait, on mettra un certain temps et on sortira même la corde à 3 reprises sur des dalles verglacées bien peu protégeables. Cette arête, que j'avais toujours dédaigné, est en fait vraiment belle, assez longue et parfois bien effilée. Elle finit en plus sur un beau panorama au sommet. Une superbe découverte, que je referai probablement à l'occasion!

Une partie de l'arête

Départ


Traversée sur des dalles verglacées improtégeables

Par sécurité, on ressort la corde pour un bout d'arête un peu plus effilé

jeudi 26 janvier 2017

Pic de Poure Lamary - "Pouré, sa grimp!!!"

Comme me l'a souligné mon copain Jean Mi au téléphone aujourd'hui, mon blog est un petit peu en jachère en ce moment : non pas que j'ai arrêté les activités montagne (c'est même plutôt l'inverse) mais j'avais bien la flemme d'écrire. Je me bornerai donc à indiquer les dernières sorties.

Hier, nous sommes allés ouvrir une voie que j'avais repéré il y a longtemps et dont Fabrice m'a reparlé dernièrement. Dimanche, en allant gravir le très beau couloir nord est du pic de la leurt, j'ai vu que la première longueur de ce projet était en neige, ce qui est assez rare. Louis, qui était avec moi ce jour là en compagnie de Txomin, pensait même que ce n'était pas si dur. Je m'étais montré bien plus prudent. Hier, retour dans la zone : Fabrice veut attaquer et ouvrir L1 qui s'avèrera être vraiment très belle et en bonne condition. Les choses commencent à changer dans L2, au début raide, ce qui me coutera un petit vol pour cause de neige pas assez consistante à un moment (et mon collègue aussi en second). Au dessus, Fabrice tente un passage direct sur les dalles mais la neige n'est pas assez dure. Je force donc le passage en 2 longueurs par un dièdre caché 15m à droite. Celui-ci s'avèrera finalement assez dur et me demandera pas mal de temps et d'énergie. Au dessus, la face se couche et il y a des pentes de neige avec des bois. Ca n'a pas un gros intérêt (et en plus, il est tard): on décide donc de descendre en 4 rappels sur arbre.

La semaine dernière, comme je le disais précédemment, on était allé grimper le très beau couloir nord est du pic de la leurt, qui offre en plus une belle descente en ski du sommet par l'autre versant en passant aux cabanes d'ansabère. Dans le facile, probablement le plus beau couloir de la vallée d'Aspe selon moi.

Les jours précédents, du très bon ski en poudreuse, histoire de se rappeler que le ski, c'est super aussi!

Il faudrait juste 2 vies pour pouvoir en profiter 2 fois plus!


Le topo d'hier

La face, vu du pied : ça parait plus facile que ça ne l'est

L1

Ma pomme dans L2 : qui c'est qui va bientôt faire un petit vol (pour cause de neige pas assez dure)?

Fabrice dans une tentative de passage direct dans L3, mais la neige peu consistante sur les dalles ont avorté la tentative. On est donc passé par un dièdre caché plus à droite, pas facile (pas de photos de qualité de la suite)



Le week end dernier, mélange de ski et d'alpinisme dans le très beau couloir nord est du pic de la Leurt - Txomin en action

2 jours auparavant, ski dans la poudreuse à Barlagne - Mickael sur la photo