jeudi 7 décembre 2017

bielsa -Barranco de salcorz

Une petite reprise de la cascade de glace tranquille à Bielsa hier. Globalement, peu de lignes formées : on est parti dans le barranco del salcorz. La colera de dios semblait ok aussi. Il va falloir attendre un peu pour grimper des cascades un peu plus raides...

mardi 7 novembre 2017

Corse - paroi des cascioni - voie "Enterre mon coeur"

Je ne vais pas le cacher : cette voie était mon objectif principal de grimpe lors de notre semaine de vacances en corse avec David. Eh bien, je n'ai pas été déçu, loin de là. Je l'ai trouvé tout simplement majeure, une des plus belles voies que j'ai pu grimper jusqu'ici (dans mon top 3, sans problèmes). Elle m'a fait un peu penser à RACS en plus long et un peu plus soutenu. A part la première longueur ouverte lors du réequipement, tout est beau (même les 4c...).

Mon seul regret est de l'avoir grimpé au 6ième jour de grimpe, donc forcément un peu émoussé. Un joli vol en 2ième longueur, puis un encore plus gros dans L4 se sont chargés de me remettre à ma place...Les cotes nous ont paru bien serrées (ou alors on était pas assez familiarisés avec le massif).

Attention, depuis le réequipement, le topo des grandes voies de Corse est faux : il faut maintenant 2 jeux de friends pour la parcourir (A la lecture du topo et à la vue des spits indiqués sur celui-ci, on s'était demandé si on prenait tout : il faut bien les 2 jeux, car même si on arrive souvent au relais avec encore du matériel, il arrive très souvent que l'on mette 2 fois la même pièce dans les longueurs). J'ai donc remis le topo trouvé sur internet à la fin du post.

En résumé, une voie exceptionnelle, à parcourir absolument lorsqu'on va en Corse! Le lendemain, on voulait aller grimper en face au capu d'ortu (qui présente aussi des voies magnifiques encore plus longues) mais on a pris prétexte du genou douloureux de David pour aller faire de la couenne : la vérité, c'est qu'on était fracassé!!!

le motif durant l'approche

L2, qui c'est qui va pas tarder à voler? (photo prise par David)

L3, bien soutenue encore

Plus haut, un 6b+ pas facile

Le 7a+ du haut, tout simplement majeur!

Sortie du dernier 7a, très teigneux : on commence à être bien emoussés...


Le topo : attention cotations serrées..

lundi 6 novembre 2017

Escalade en corse


Après quelques jours en famille à Londres, le décalage a été rude puisque je suis parti en suivant une semaine dans le maquis corse avec David (Philippe, qui terminait son séjour, a grimpé les 3 premiers jours avec nous).

Nous y avons grimpé une voie vraiment géniale et majeure près de Porto : enterre mon cœur (je n'en parle pas plus ici car je ferai un post spécialement pour cette voie) et pas mal de voies plus classiques vers Bavella et Ajaccio.

A l'exception d'Enterre mon cœur, j'ai particulièrement aimé à Bavella l'ultra classique jeef pour sa variété (nous avons du y aller 2 fois car nous avons pris la pluie le premier coup) et aussi une voie assez méconnue, "la célébration du lézard" (malgré quelques spits assez corrodés) qui alterne tafonis superbes et dalles très intéressantes. A un degré moindre, "Acqua in Bocca" à Bavella, et "Péché Véniel" au rocher du Gozzi (proche d'Ajaccio) valent également le détour.

Enfin, nous avons grimpé 2 voies faciles : "Alexandra" pour couper l'approche de la punta Rossa (nous avions l'intention de grimper la voie Esperanza mais nous sommes partis trop tard pour pouvoir enchainer) et le lendemain, après un but dans cette même voie après 3 longueurs pour cause de mauvais temps, nous sommes aller faire plus bas dans la vallée la combinaison U Haddad-Omerta à corde tendue.


Acqua in Bocca - Massif de Bavella

La célébration du lézard - Massif de Bavella

Jeef - massif de bavella - 1ere tentative sous la pluie

Jeef 2ieme montée, le dernier jour avant de prendre le bac
Le beau 7a (photo prise par David)

Alexandra -Massif de Bavella

Combinaison U Haddad-Omerta - Massif de Bavella

Péché Véniel - Massif du Gozzi (Ajaccio)


lundi 16 octobre 2017

La paroi Emmental

Cet été, Olivier et Fabrice avaient déniché en montagne une paroi courte mais assez exceptionnelle pour les pyrénées. Elle comporte des trous partout, un vrai gruyère, Ceuse sur plusieurs longueurs. Il existe finalement peu de grande voies sur trous et encore moins dans les pyrénées (je n'en connais pas mais il y en a peut être). En ce qui me concerne, je n'ai personnellement vu ce genre de trous sur plusieurs longueurs qu'à une seule reprise, à Taghia (lorsque nous avons ouvert la voie jeux interdits), mais les trous me semblent encore plus beau ici.

Intimidés par la ligne, nous avions commencé à ouvrir en septembre avec Fabrice une voie, qu'on pensait facile, plus à droite avec l'objectif de bien repérer celle-ci. Pris dans une section bien plus dure que prévu, nous n'avions pu voir le haut de la paroi.

Nous sommes donc allés tenter notre chance avec pas mal d'inconnus en tête ce dimanche et on a ouvert 3 longueurs plus faciles que prévus. Nous n'avons cependant pu finir la voie. Il faudra revenir, probablement au printemps prochain : il me tarde déjà d'y être...


une paroi pas très longue, mais avec des trous partout : un vrai gruyère

J'attaque L1, intimidante du bas (photos de Fabrice)


Olivier poursuit dans L2

Au tour de Fabrice pour L3

Après joli vol de Fabrice en fin de longueur (enfin un mec qui va au bout de ses idées!), je termine L3 avant de redescendre

lundi 9 octobre 2017

Table des 3 rois - les plaisirs de la table

Je n'étais jamais monté à la table des 3 rois, montagne emblématique de la vallée d'aspe, par son versant escarpé (bien que j'y sois allé 3 fois en ski par l'autre versant). Sa réputation de mauvais rocher allié à une approche non négligeable en était probablement la cause pour ce sommet si proche de la maison. Pourtant, une des trois voies de ce pilier m'attirait, "les plaisirs de la table". Stephane, rencontré cette été au mur m'avait parlé d'une voie super, qui plus est en bon rocher. lors de renseignements pris après coup auprès d'autres grimpeurs de la vallée, ce sont plutôt les mots "difficile" et "buts" qui revenaient, excitant un peu plus ma curiosité. Ce dimanche, profitant du beau temps sans vent en montagne, je propose à Louis d'aller voir ce qu'il en est.

la voie s’avérera vraiment très belle, dans du rocher pas mal du tout, avec des longueurs superbes (notamment L1, 60m tout en fissure et L4 sur une très belle dalle). le seul passage expo de la voie se situe au départ de L4 pour atteindre le seul spit de progression de la voie (ça grimpe et la réception d'une chute se ferait sur la vire du relais) . Je me demande bien pourquoi la plupart des grimpeurs (dont je faisais partie) s'acharnent à collectionner la plupart les voies des aiguilles d'Ansabère, toutes proches (alors qu'objectivement certaines sont moyennes) et négligent celle-ci. Il est probable que l'accès un peu plus long ainsi que la réputation des ouvreurs font que cette voie est très peu parcourue. une bien jolie manière de monter à la table.

la joli pilier au loin

plus proche

L1

L2

L3

pendant L4, longueur 5 etoiles

Fin de voie

lundi 2 octobre 2017

Vallée d'Aspe - Tobazo - "la cloche"

Avant cet été, je n'étais jamais allé grimper sur la face du Tobazo, pourtant située pas loin de la maison, lorsque, au sortir d'une grosse angine qui m'a cloué au lit pendant 3 jours début août, nous sommes allé faire de la corde tendue sur la jolie classique et facile "valle de Canfranc". Je me suis alors rendu compte que le caillou de la zone était très bon et qu’étonnamment, il restait une ligne évidente et très facile non ouverte entre les voies "valle de canfranc" et "Tobazogan". La paroi étant à coté de la maison, j'ai été l'ouvrir à temps perdu lorsque je n'avais personne pour grimper au cours de 3 journées du mois d’août. Compte tenu des autres voies du secteur et du caractère globalement dalleux de la zone, j'ai décidé de faire une voie entièrement équipée (l'escalade est pour moi multiple et selon les jours, je me rends compte que j'aime grimper des voies totalement déséquipées et engagées ou bien les jours où j'ai moins la frite, des voies entièrement équipées)

Après un samedi aux 24h du mur à Oloron, nous sommes partis re-grimper cette voie et quelle n'a pas été ma surprise de découvrir qu'une nouvelle voie était en cours d'ouverture depuis cet automne, pas trop loin de celle que j'avais ouverte (elle la croise sur la vire entre R4 et R4bis, ce qui fait qu'il y a maintenant 3 relais très proches à ce niveau). On aura pris la pluie sur le haut et on se sera dépêché, ce qui nous aura permis d'assister à la fin des finales des 24h du mur à Oloron. En ce qui concerne ma voie qui s'appelle "la cloche" (ceux qui viendront la grimper verront pourquoi au premier point), je pense qu'elle est assez sympa et facile même si elle croise plusieurs vires herbeuses, notamment sur le bas (comme toutes les autres voies de la zone, je pense). Le caillou est globalement très bon.

Comme elle est vraiment très facile, j'ai rajouté des points ultérieurement dans L7, L9 et L10 pour qu'elle ne soit pas obligatoire. La dernière longueur est la plus dure mais il est possible de terminer juste avant (en traversant 50m à droite, on retombe en effet sur la voie de descente Tobogan). Pour la voie, prendre une bonne dizaine de dégaines, dont 2 longues ainsi qu'une sangle (pour relier les 2 points du relais lorsqu'ils ne servent pas pour les rappels)

Le topo

Louis dans L1

Olivier dans L2

L3

L4

L5

L7

L8 - une traversée descendante sur une vire herbeuse où j'ai mis pas mal de spits pour éviter toute glissade facheuse en cas d'herbe humide

L9 : je prends la tête alors qu'il se met à pleuvoir! (pas de photos au dessus car il pleuvait...)

quelques photos de l'ouverture