jeudi 22 juin 2017

pared de plandescun (pena de sin) - voie "impedimenta"

Le week-end dernier avec Jean Mi, nous sommes repartis à la pena de sin coté nord pour éviter les chaleurs. Cette zone peut être en effet un très bon plan en cas de forte chaleur car elle est à l'ombre jusqu'à 17h00 et il y a souvent un peu de vent. Nous sommes allés ouvrir une ligne évidente entre les voies "friolina" et "plandestimbadores". Au bout de la 3ième longueur, nous avons détruit la tête du foret. Nous continuerons cependant l'ouverture, mais comme il fallait au moins 5 minutes de perçage à chaque fois que nous mettions un spit, la voie est globalement bien moins équipée que "plandestimbadores". Elle est aussi un peu plus facile, dans le style de friolina, bien qu'un tout petit peu plus herbeuse que cette dernière je pense.

j'ai trouvé cette voie assez sympa, avec notamment une très belle dernière longueur dans une bien jolie fissure, visible depuis la route de Plan. L'accès est identique aux autres voies : suivre la sente qui monte à la voie "vendedor de quimeras", puis traverser au mieux à flanc. Pour la descente, comme nous sommes arrivés au dernier relais de "plandestimbadores", nous sommes descendus en rappel dans cette dernière. Il est cependant possible de descendre en rappel à tout moment dans "impedimenta" en prenant de la cordelette, car les relais sont soit sur 2 spits, soit sur arbre.

le joli topo, fait par Jean Mi



début de voie

L2

L3

L5, très jolie même si c'est un peu herbeux

L7, la plus jolie longueur; une très belle fissure sur 40m

lundi 12 juin 2017

Anso - Espelon solitario - "the roof"

Depuis quelques années, j'avais repéré des grands toits très attirants à droite de la classique "biba fidel" à Anso. L'équipe des jeunes alpinistes espagnols avait ouvert, plus récemment, 3 nouveaux itinéraires à droite de biba fidel, mais en restant sur le bord gauche de ces toits.

Dimanche dernier, la pluie est annoncée toute la journée: je persuade Fabrice qu'on sera à l'abri sous les toits et qu'on pourra y ouvrir tranquillement. On commence juste à grimper lorsqu'il se met à pleuvoir : on s'arrête très vite. En fait, les toits sont très hauts et le début de la voie n'est pas à l'abri de la pluie. on reviendra donc ce week end pour ouvrir la voie. L'entreprise commence d'emblée très fort : juste après avoir quitté la voiture, je glisse en traversant le ruisseau et je suis trempé jusqu'au slip, (comme il fait chaud, ça ne me gênera pas outre mesure). Fabrice réattaque la longueur qu'il avait commencé et, après 10m, au lieu de remettre le bon piton qu'il avait planté, il décide de partir sur 2 mauvais friends. Evidemment la sanction ne tarde pas :il se rate, les 2 friends s'arrachent et il tombe sur le gendarme sur lequel il était monté au début. Il est bien secoué mais arrive cependant tant bien que mal à regrimper jusqu'à l'endroit où il s'était arrêté la dernière fois et fait relais. Je prends la suite (après lui avoir donné un doliprane que j'avais miraculeusement dans le sac). Calmé par sa chute, j'artife une courte section en 7a au dessus du relais de peur de lui tomber dessus si je me rate. Je fais relais sous le grand toit et pense repartir. Cependant Fabrice, guronzé par le doliprane et voyant que le toit s'artife facilement décide d'y aller. Celui-ci s'avèrera superbe : en second, je ferai tous les pas en libre mais sans enchainer(je pense qu'il vaut 7b+ à priori). Je finirai ensuite la voie sur du très beau rocher pendant que Fabrice sortira comme il pourra.

Une voie pas très longue donc, mais qui nous aura donné pas mal d'émotions. La voie passe intégralement en libre mais il faut une bonne marge pour tout enchainer car il y a quelques sections où il est conseillé de pitoner en grimpant. sinon, elle s'artife facilement, au choix de chacun. Pour la cordée qui fait tout en libre, il est possible de prendre moins de matériel que ce qui est indiqué sur le topo. il y a 1 seul spit de progression dans le 6a du départ mais tous les relais comportent au moins 1 spit.

Le nom de la voie est bien sûr due au grand toit que l'on franchit, mais c'est aussi une référence à la nouvelle salle de bloc de Bayonne qui sert, depuis son ouverture, de résidence secondaire à Fabrice. Les mauvaises langues, dont je fais parti, disent qu'il voit actuellement plus souvent les gérants de la salle que sa femme et ses enfants!


Le topo

Fabrice débute la semaine dernière alors qu'il se met à pleuvoir

Arrivée à R2 sous le toit

Le toit

Fin de L4