samedi 11 mai 2013

Pena montanesa-" A deux, pas à trois", Aguero "La Gambardella", puis la fin du we au lit avec des cachetons!!!


Ce we, j'avais 5 jours de libre et j'étais sur la brèche pour en profiter au maximum. Evidemment, en bon looser, je tombe malade le jour du départ. Je me gave de cachetons et je pars avec Jean finir une voie qu'on avait commencé à l'automne.

Pour une fois, depuis qu'on grimpe ensemble, la journée se passera comme on l'avait prévu. Même l'averse tombée dans l'après midi ne nous gènera pas puisque la voie est à l'abri de la pluie. Jean est dans une période de réussite étincelante et sa bonne étoile auront probablement permis qu'on ne bute pas. On en sera tout étonnés le soir. Le lendemain, la situation reviendra malheureusement à la normale puisqu'on avait prévu de faire de la couenne et la pluie nous chassera vers le bar à boire des cafés.

Je profiterai de la journée pour essayer de me soigner. Le lendemain, avec Jeremy, on part vers Aguero ouvrir une ligne évidente qui lui avait plu la dernière fois qu'on était venu et qui, curieusement, ne figure pas dans le nouveau topo de Riglos (il est possible que cette ligne ait déjà été parcouru par le passé mais nous n'avons trouvé aucune trace de passage). Au départ, nous trouvons une ligne de spits très rapprochés qui passent à 50 cm d'un arbre qui vient se perdre dans des dalles (alors que la ligne est si évidente) et s'arrête au bout de 5m. Etonnant...

La voie se déroulera bien et permettra de ne laisser aucun matériel fixe en place : Malgré des passages végétatifs dans les 2 premières longueurs, l'originalité de la troisième vaut le coup puisqu'on grimpe en renfougne le long d'une arche décollée de la paroi avec de jolis points de vues par des boites à lettres...

Le lendemain, j'avais prévu d'aller grimper le couloir Arlaud Souriac au Vignemale avec Fabrice. Les conditions et le créneau semblaient excellents mais, malgré m'être bourré de cachetons, je n'arrive plus à mettre un pied devant l'autre. Je vais voir le toubib et le verdict est sans appel : bronchite, repos et cachetons. Quand on est né looser, on ne se refait pas... Fabrice l'a appris à ses dépends et il aura trouvé un autre partenaire de cordée plus fiable que moi pour aller faire ce beau couloir tant que les conditions le permettent.

Jean Pierre, looser tu es né, looser tu resteras...



Le topo de la montanesa




On reprend les longueurs déjà ouvertes à l'automne


Jean à l'ouverutre d'une longueur superbe de 60m


Le libre est fini, on attaque l'artif : second émotif s'abstenir!!!



Au relais, la retraite s'avèrerait problématique : il faut sortir.


A mon tour d'Artifer


Il y a du gaz


C'est la fin de l'artif, il va falloir repartir en libre


Le topo d'Aguero




Au départ de la voie, des spits (à 50 cm d'un arbuste!!!!) viennent se perdre dans une dalle au bout de 5 m alors que le dièdre paraissait si évident!


Jeremy dans L1


Après avoir renfougné le long d'une arche décollée de la paroi, une jolie boite à lettre sur le haut


Sortie de voie


On avait pris les gros friends et le 4 a servi

2 commentaires:

  1. bien bien bien muy bien vista esa línea de montañesa !!!
    habrá que ir

    RépondreSupprimer
  2. Gracias. Espero que te gustarà!

    RépondreSupprimer