mardi 26 juillet 2016

Ordesa - Verticualidad

Petit message préliminaire :
En grimpant la voie Verticualidad à Ordesa, nous avons trouvé pas mal de matériel (4 friends, 2 sangles et 2 dégaines), manifestement lié à un secours qui a eu lieu dans cette voie. Je peux renvoyer son matériel au grimpeur accidenté. Il pourra me contacter sur mon portable au 06-37-10-56-62 ou sur mon mail : jprio"at"hotmail.fr pour m'indiquer son adresse"



Je n'ai pas diffusé de messages ces temps ci car j'ai eu pas mal de bricolage à faire à la maison et j'ai du coup plutôt fait de la couenne. Ce week end, j'avais plusieurs projets en tête mais nous sommes finalement partis ce dimanche avec Jean Michel à Ordesa. Je lui propose la voie "los enamorados" mais Jean Mi pense que c'est trop dur. Il propose plutôt "los primasticos de Gavin" mais j'ai lu par là qu'il y avait une longueur un peu dangereuse donc je suis pas super chaud. Je donne quand même mon aval mais finalement au parking, on se rend compte qu'on a oublié le topo. On se décide donc pour la voie "Verticualidad" qu'on pense plus "facile".

Le matin, je suis malade donc je ne suis pas mécontent d'avoir abaissé les prétentions. Je me traine jusqu'au pied de la voie et on attaque. Dès la 2ième longueur, Jean Michel commence à rechercher l'itinéraire. Dans la 3ième, je ne trouve pas le relais et on est obligé de faire de nombreuses variantes en rocher parfois bien pourri. On est même pas au longueurs dures et on a fait qu'errer dans la voie. Je sais pas si c'est la journée qui veut ça mais on passe plus de temps à traverser à gauche ou à droite qu'à monter vers le haut...Le rocher est souvent bien moyen mais c'est peut être aussi parce que nous n'empruntons pas les bons passages.
On finit par arriver à la longueur dure et il est bien tard : ce passage nous parait bien dur et on se dit qu'on va devoir artifer. Comme je suis un peu plus rapide que Jean Michel dans ce domaine, je repars en tête mais le temps file. On finit par arriver en haut mais il est 20h00 passés. On hésite à courir pour choper le dernier bus mais on se résigne et on descend tranquillement en pensant aux 10km de route qui nous attendent jusqu'à Torla. Arrivé à la pradera, la chance nous sourit cette fois : des voitures du parc arrivent et Fernando, un garde et grimpeur du parc très sympa nous descend jusqu'au parking : Un grand merci à lui!

On avait bien sous-estimé cette voie et elle s'est bien chargée de nous rappeler qu'à Ordesa plus qu'ailleurs, tout n'est pas écrit dans la cotation du topo... On lira après coup, dans le journal local, que le secours qui a eu lieu un peu avant notre passage a duré de 12h40 jusqu'à 8h00 le lendemain matin. C'est là qu'on se rend compte que l'engagement à Ordesa n'est pas un vain mot...En tout cas, je souhaite un très bon rétablissement au grimpeur accidenté (d'après le même journal, il aurait une fracture ouverte du bras)


La face
L1
Début de L2, on va vite commencer à chercher à gauche et à droite
L3, faute d'avoir trouvé le relais, j'en ai monté un improvisé
L4, Jean Michel dans une variante en rocher bien pourri...
premier 6c
Dans le 6c avant la longueur dure
Le pseudo 7b qu'on a bien artifé...


L'autre jour, nous avons aussi continué une ouvertue à la pena de sin. De belles gouttes d'eau parfois, mais malheureusement des sections parfois très dures en dessous

6 commentaires:

  1. Félicitations, grimper à ce niveau à Ordesa t'ouvre toutes les portes!!!!

    RépondreSupprimer
  2. Salut Fabien,

    Je pense que la voie n'est pas très dure pour peu que tu passes au bon endroit car la seule longueur dure s'artife très facilement (ce que j'ai fait sans scrupules...)

    RépondreSupprimer
  3. Enhorabuena por la actividad. Les paso la info al GREIM de Boltaña. Gracias.

    RépondreSupprimer
  4. La longueur de la cheminée m'avait semblé bien dure, et nous n'avions pas de problème d'horaire , nous avions aussi artifé le départ. En tout cas il y a une sacré ambiance dans cette cheminée !

    RépondreSupprimer
  5. Salut David. Il y a du gaz en effet...

    RépondreSupprimer