jeudi 4 mai 2017

Taghia - Jeux interdits


Pour la suite du voyage , nous avons ouvert une très longue voie repérée entre le pilier de l'étrave et "rouge berbère". Autant Philippe que moi, nous n'avions jamais eu tant de difficultés précédemment pour ouvrir une voie. Elle était très longue et a nécessité une logistique inédite pour nous et, en plus, les coups du sort se sont acharnés : le premier jour, alors que j'étais prêt à attaquer nous n'avons pas pu démarrer pour cause d'oubli de mèche. Pour la suite, nous avions prévu de bivouaquer en paroi mais nous n'avons trouvé aucun emplacement intéressant (alors que nous avions même monté du bois pour faire le feu). Du coup, nous avons tout redescendu et stater ce que nous pouvions. Le jour d'après, nous avons remonté nos stats, regrimpé les longueurs déjà ouvertes pour continuer à ouvrir mais nous avons pris l'orage sur le pilier, 2 longueurs après une grande traversée horizontale (pour laquelle, nous avons heureusement laissé une petite stat) et nous sommes redescendu comme nous avons pu dans ce qui a pu ressembler parfois à la retraite de Russie...nous nous sommes décidés à accéder par le haut pour finir et nous avons laissé tout notre matériel dans une bergerie, non loin du grand pont berbère : quand nous sommes revenus, la bergerie était fermée à clé et nous avons du démonter la serrure à l'aide d'un pseudo-tournevis confectionné à base d'un gros clou. Lorsque nous avons enfin pu démonter la serrure, puis la remonter, nous avons à nouveau pris l'orage et la journée s'est résumée à un portage. Enfin, nous sommes descendu dans la paroi (nous avions pris la peine de laisser une longue stat de 5mm pour les longueurs du haut au cas où...), nous avons pris un gros orage au dessus de la tête et nous avons du, pour pouvoir sortir, remonter à la jumar sur la stat de 5mm en s'assurant à corde tendue avec notre corde d'escalade (à ne pas trop reproduire...).

Le bilan des vacances : 8 levés à 5h30 du matin pour la voie, des portages et des hissages de sac énormes, de la jumar, des gros orages avec les éclairs qui tapent pas loin, une remontée à la jumar sur stat de 5mm bien, bien engagée... : la mission!!!(heureusement qu'on reprend le boulot pour se reposer).

La voie ouverte s'appelle "jeux interdits" (la bien nommée) : elle me semble vraiment jolie avec des longueurs géniales (mais je sais que quand on ouvre, c'est parfois "amor de madre"). Les répétiteurs diront ce qu'ils en pensent. Elle n'est pas trop dure et assez équipée, mais attention, là encore moins qu'ailleurs, tout n'est pas dans la cotation :
- Pour refaire cette voie, prévoir une longue journée de beau en comptant 1h30 d'approche et 2h de retour.
- La descente en rappel est très compliquée très vite, et n'est plus une option après la traversée de L7 : il faut sortir par le haut (et personne ne viendra vous chercher)!
- La voie est très longue et il faut tenir la cadence dans du 6c oblig, même dans les dernières longueurs
- Quelques friends moyens sont utiles dans quelques longueurs et peuvent aussi réduire l'engagement dans d'autres


Le topo

L2

L3 (photo de Philippe)

Ma pomme dans L4, lors de l'ouverture (photo de Philippe)

L5

L6, lors de l'ouverture

La traversée pendant l'ouverture : ce n'est pas la plus belle longueur, mais elle empêche pratiquement tout retour en rappel

L8

L9

L10

L11

L12

retour au refuge chez Saîd, après avoir pris un orage majuscule sur la tête...


Said, le berger, entretient le grand pont berbère

6 commentaires:

  1. Salut JP!
    C'est Nil, on s'est retrouvés à Taghia!
    Je vois que vous avez réussi finallement à finir votre voie!!
    les photos sont superbes et j'aurais bien aimé pouvoir y aller avant partir mais ça sera la prochaine fois!
    Au plaisir de se recroiser au pied d'une falaise

    Nil

    RépondreSupprimer
  2. Salut Nil,

    Oui, on l'a fini in extremis. On a pu la regrimper pour notre dernier jour à Taghia!
    A bientôt sur une falaise dans le coin!

    Jean Pierre

    RépondreSupprimer
  3. Cette voie à déjà le mérite d'avoir occuper les discussions au gîte pendant une semaine. Les photos du pilier donne vraiment envie, vous auriez pu vous lever un peu plus tôt pour aller ouvrir, nous aurions pu y aller avant de partir !

    RépondreSupprimer
  4. Bô, mets toi au parapente, les retraites sont plus rapides ! Pauvre Philippe, il ne connaissait pas encore bien le personnage pour les plans galères. Bravo quand même et à très vite
    Robert

    RépondreSupprimer